Mon interview par Public Sénat

Voici mon interview de ce matin par Public Sénat sur différents sujets d’actualité :

https://www.publicsenat.fr/emission/bonjour-chez-vous/andre-reichardt-guillaume-peltier-186635?fbclid=IwAR2ewm6_YrMVTHhyHC9SV8pCTafYp7uWMibWD2j7VuLgyqsjKvC8Fzjdkrg

– début de l’interview : 01:57

– crise sanitaire : 02:13

– fermeture des frontières : 03:45

– loi 4D (différenciation, décentralisation, déconcentration et décomplexification) : 06:44

– associations cultuelles : 12:06

– sortie de l’Alsace du Grand Est : 14:23

– élections régionales : 24:50

– fermeture de la centrale de Fessenheim : 27:17

– fin de l’interview : 29:25

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin


Examen par le Sénat en 2e lecture du projet de loi Bioéthique

Cette semaine, au Sénat, était examinée la 2ème lecture du projet de loi Bioéthique. J’ai été le seul Sénateur bas-rhinois à intervenir en séance sur le sujet.

Très mobilisé, j’avais déposé 6 amendements pour l’examen en commission spéciale, dont la plupart ont été adoptés ou satisfaits, notamment celui relatif à la suppression dans la loi de l’inscription de la notion de détresse psychosociale pour la pratique de l’Interruption Médicale de Grossesse (IMG).

Pour l’examen en séance, c’est plus d’une vingtaine d’amendements que j’ai déposés en mon nom ou co-signés.

Outre la question de la Procréation Médicale Assistée (PMA) et de son accès, les sujets abordés par ce texte et que j’ai développés sont primordiaux pour l’avenir : droit de la filiation, manipulation d’embryons, expérimentation de cellules chimériques homme/animal, anonymat des dons…

J’ai largement soutenu, en déposant des amendements en ce sens et en prenant la parole sur l’article 1er, la suppression de la possibilité pour une femme seule ou un couple de femmes de recourir à la PMA. Cette disposition qui dépassait une ligne rouge a été adoptée par le Sénat.

En effet, depuis l’adoption des premières lois de bioéthique, en 1994, le droit français se caractérise par une constante recherche d’équilibre entre les nécessités du progrès scientifique et technique et la préservation des valeurs humaines et sociales fondamentales.
Cette recherche d’équilibre repose sur l’idée que tout ce qui est techniquement possible n’est pas toujours socialement ou éthiquement souhaitable.

Priver les enfants d’ascendance paternelle en légalisant la PMA pour toutes, c’est franchir un cap, et le Sénat, fort heureusement, a décidé de s’y opposer.

De même a-t-il maintenu l’interdiction du double don, l’obligation de justifier d’un motif thérapeutique pour recourir à une PMA pour un couple homme/femme, la suppression de la possibilité d’une autoconservation des gamètes sans raison médicale ou encore le maintien d’un contrôle strict des recherches sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires par l’Agence de la biomédecine…

Autant de mesures que j’ai préconisées tout au long de l’examen de ce texte, et ce, déjà en première lecture.

Il y a fort à craindre que la Commission Mixte Paritaire n’arrivera pas à trouver de terrain d’entente et une nouvelle lecture à l’Assemblée nationale verra donc certainement le jour ces prochains mois.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Loi bioéthique : détresse psychosociale et IMG jusqu’à la veille de l’accouchement

Dans mon programme de campagne sénatoriale, je m’étais engagé à revenir, lors de la 2ème lecture du projet de loi bioéthique au Sénat, sur l’inscription dans le texte de loi de la notion de « détresse psychosociale » permettant de pratiquer théoriquement des IMG (Interruption Médicale de Grossesse) jusqu’à la veille de l’accouchement.
J’ai donc déposé un amendement de suppression qui a été examiné et adopté en commission spéciale cette semaine.
Le projet de loi, qui sera examiné en séance début février, ne fera plus mention de ce point.
Dans l’objet de mon amendement, j’ai dénoncé le « vrai paradoxe du texte bioéthique dans lequel on fabrique autant la vie artificiellement, qu’on défait celle qui naturellement se construit » et ai relevé « Pourquoi préciser et nommer la ‘détresse psychosociale’… car cela ne revient en aucun cas à en clarifier les contours juridiques, et les médecins qui actuellement accompagnent des patientes en situation difficile prennent déjà en considération la dimension globale de la santé, incluant les parts psychique et physique ainsi que le contexte social. »
« La notion de « détresse psycho-sociale » (introduite par l’Assemblée nationale) est une notion difficile à objectiver et donc utilisable de manière protéiforme, avec le danger de voir des débordements possibles sous couvert de la loi. »
J’ai ajouté : si « certains arguments des défenseurs de cet alinéa peuvent être ‘entendables’ (contexte de violences conjugales ou familiales, de difficultés psychologiques majeures ou d’extrême précarité pouvant parfois mener à l’automutilation, voire au suicide), en précisant spécifiquement dans la loi ce motif d’IMG, n’avons-nous pas à craindre un risque de banalisation, et que cette possibilité devienne un droit plutôt qu’elle ne reste qu’une exception ? ».
Mon argumentaire a pris fin en considérant qu’ «inscrire une telle disposition dans la loi est une dérive grave ».

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Réélection en tant que Président du Groupe France-Afrique de l’Ouest

Lors de l’Assemblée générale constitutive du groupe interparlementaire d’amitié sénatoriale France-Afrique de l’Ouest qui s’est tenue mercredi 13 janvier 2021, j’ai été réélu Président.
(je préside aux destinées de ce groupe depuis septembre 2017)

Il s’agit du plus grand groupe d’amitié parlementaire du Sénat, composé de 16 pays (Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo) et d’un groupe important en terme de composition puisque près d’une soixantaine de sénateurs ont manifesté leur intérêt à le rejoindre et à en suivre les travaux.

Ce groupe se réunit environ une fois par mois pour rencontrer et auditionner différentes personnalités ayant un lien direct avec ce grand territoire, sur lequel une actualité dense se déroule.

Par ailleurs, le Président est amené également à accueillir au Palais du Luxembourg toutes les personnalités politiques de ces pays d’Afrique de l’Ouest souhaitant nouer des relations avec le Sénat.

Pour mémoire, ces groupes d’amitié interparlementaires sont les instruments privilégiés de la coopération bilatérale entre les parlements et sont devenus des acteurs majeurs de la diplomatie parlementaire. Ils contribuent par ailleurs à renforcer la présence et l’influence politique, économique et culturelle de la France à l’étranger.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Campagne vaccinale contre la Covid-19

Quelle consternation de voir une telle désorganisation de la campagne vaccinale contre la Covid-19, orchestrée par les autorités de santé de l’Etat.

En effet, alors que le Gouvernement a fait de la vaccination sa politique de lutte contre la Covid et que les doses de vaccin commandées par l’autorité de santé européenne ont été livrées au même moment dans différents Etats de l’Union européenne, comment expliquer qu’en France, seules quelques centaines de personnes aient été vaccinées à ce jour alors qu’au Royaume Uni, en Allemagne ou en Italie, ce chiffre se monte à plusieurs dizaines voire centaines de milliers…

Alors que l’on s’attend à un nouveau rebond épidémique dû aux brassages des populations à l’occasion des fêtes de fin d’année, le Gouvernement demande une « accélération de la cadence » !

A la mauvaise gestion des masques et des tests, celle de la campagne vaccinale fait suite ! On brandit des problèmes logistiques et un manque de médecins…
C’est juste incompréhensible et lamentable !

Si nécessaire, diverses collectivités locales se sont dites prêtes à mettre à disposition leurs locaux (salles polyvalentes, locaux associatifs …). Les parlementaires, proches du terrain, pourraient également se mobiliser si besoin pour coordonner toute action, en lien avec les autorités locales de santé.

Enfin, à quelques jours de sa création, la Collectivité européenne d’Alsace ne serait-elle pas la collectivité idoine pour assurer légitimement une telle fonction de coordination ?

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Loi contre le séparatisme : « agir contre la montée de l’islam radical »

Voici l’interview que j’ai accordée à France Bleu Alsace au sujet du projet de loi contre le séparatisme, actuellement en cours d’élaboration, et qui passera prochainement en examen au Sénat.

https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-la-redaction-de-7h45/alsace/l-invite-de-la-redaction-de-7h45-36

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Reconduction de la Commission du droit local d’Alsace-Moselle

Suite à la réponse qui a été donnée à ma question orale du 1er décembre dernier sur le renouvellement de la Commission du droit local d’Alsace-Moselle par Mme Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, j’ai décidé d’adresser un courrier à M. Jean CASTEX, Premier Ministre, cosigné par un certain nombre de parlementaires alsaciens et mosellans, afin de solliciter la reconduction de cette instance.

Voici le courrier :

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin