Désignation en tant que Vice-Président de la Commission d’enquête sénatoriale sur les influences étrangères

J’ai été désigné par le groupe Les Républicains du Sénat pour siéger au sein de la Commission d’enquête sur les politiques publiques face aux opérations d’influences étrangères visant notre vie démocratique, notre économie et les intérêts de la France sur le territoire national et à l’étranger, afin de doter notre législation et nos pratiques de moyens d’entraves efficients pour contrecarrer les actions hostiles à notre souveraineté.

La réunion constitutive de la Commission d’enquête s’est réunie mercredi 14 février et m’a désigné Vice-Président.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Le remaniement du gouvernement Attal n’est pas à la hauteur des promesses faites aux territoires et à l’Alsace en particulier

 « Tout ça pour ça ! ». La déception des promesses faites aux territoires, et à l’Alsace en particulier, se lit malheureusement dans la composition du gouvernement Attal enfin annoncée. L’Alsace y était présente, depuis 18 mois, en la personne d’Olivier Becht, Ministre délégué chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité et des Français de l’étranger. Certes, en si peu de temps, ses plus de soixante visites internationales et son action politique énergique n’ont pu avoir d’impact significatif sur le déficit abyssal du commerce extérieur français. Mais cette présence a notamment permis une meilleure connaissance des échanges transfrontaliers, dans ce ministère et dans le gouvernement tout entier. Elle a en tous les cas assuré la présence de l’Alsace au cœur de l’Exécutif.

Aujourd’hui, l’Alsace n’est plus au gouvernement. Pourtant, le président de la République a déclaré aimer l’Alsace lorsqu’il y est venu. Pourtant, l’Exécutif s’est engagé à une plus grande territorialisation de son action et à la différenciation, tant annoncée mais si peu mise en pratique. Le signal donné à cet égard par ce nouveau gouvernement est désastreux.

Il l’est d’ailleurs d’autant plus que nous sommes à quelques mois des élections européennes et que la question de la défiance des concitoyens à l’égard d’une Europe déconnectée et technocratique sera au cœur des enjeux du scrutin.

L’Alsace, région frontalière au cœur du bassin du Rhin supérieur, avait jusqu’ici toujours pris le parti de l’Europe. Elle a ainsi toujours souhaité participer en pleine responsabilité à une Europe des régions avec tous les atouts et compétences nécessaires, que ce soit dans les relations avec les institutions européennes ou avec les partenaires allemands et suisses avec lesquels se bâtit l’Europe du quotidien et de la proximité.

Aujourd’hui, face au désenchantement à l’égard de l’Europe, est venu le temps d’affirmer l’Alsace dans toutes ses spécificités, que ce soit au gouvernement – mais également sur le plan institutionnel – avec l’avènement d’une Région Européenne d’Alsace.

Après l’occasion manquée de la constitution du nouveau gouvernement, souhaitons donc que soit engagée au plus vite la réforme institutionnelle vers une Collectivité Européenne d’Alsace enrichie des compétences régionales, telle que demandée sans relâche par une très grande majorité d’Alsaciens.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Fichier domiciliaire en Alsace-Moselle

L’adoption par le Sénat, le 24 janvier dernier, d’une proposition de loi visant à mettre en place un décompte annuel des personnes sans abri pour les communes de plus de 100 000 habitants, m’a fourni l’occasion d’attirer l’attention de notre Ministre de l’Intérieur sur un outil précieux, déjà au service des maires d’Alsace-Moselle, qui est le fichier domiciliaire.

Je lui ai adressé un courrier circonstancié détaillant avec précision les tenants et les aboutissants du fichier domiciliaire.

Un tel fichier permet aux maires de connaître avec précision les personnes qui évoluent sur leur territoire communal et, dans le cadre de la lutte anti-terroriste, voire même de la simple gestion des services publics, le fichier domiciliaire gagnerait à être consacré en droit commun et étendu à l’ensemble de notre territoire national.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Proposition de loi instituant des mesures judiciaires de sûreté applicables aux condamnés terroristes et renforçant la lutte antiterroriste

« Pas de sécurité sans sûreté » ! C’est par ces mots que je suis intervenu, mardi 23 janvier, en discussion générale d’une proposition de loi instituant des mesures judiciaires de sûreté applicables aux condamnés terroristes et renforçant la lutte antiterroriste.

Travaillant depuis près de dix années sur la radicalisation et la lutte antiterroriste, j’ai indiqué en séance le « caractère indispensable » d’un renforcement des mesures de sûreté et de suivi des condamnés terroristes (telles que l’interdiction de paraître dans certains lieux ou d’exercer certaines activités, ou des obligations de se présenter à certaines autorités au sens des articles 132-44 et 45 du code de procédure pénale).

Ces mesures sont indispensables pour trois raisons majeures :

1/ leur adaptation aux spécificités des menaces terroristes qui usent de stratégies de dissimulation, d’indices d’allégeance voire de loyautés occultes…

2/ leur adéquation aux moyens de propagation moderne de la radicalisation, auprès des jeunes et via les réseaux sociaux…

3/ leur appréhension des condamnés qui présentent une dangerosité singulière, surtout à l’occasion de nos évènements festifs, sportifs et nos déplacements dans les transports en commun :

« Comment ignorer, en effet, que des actes de terrorisme, meurtriers, peuvent encore être commis après une radicalisation en prison, un fichage « S » et une multirécidive à hauteur de 30 condamnations ? » ai-je dénoncé, avant de conclure que « les mesures de sûreté – présentes dans cette proposition de loi – paraissent les mieux à même d’affronter la dangerosité des condamnés si elle persiste ».

J’ai toutefois regretté que ce texte, qui affiche pour objectif de « renforcer le suivi des mineurs radicalisés », ne s’intéresse pas davantage « aux acteurs en contact étroit avec la jeunesse, dont notamment les enseignants et les éducateurs sportifs, par le biais d’actions de formation à la détection de la radicalisation ».

Vous trouverez, ci-dessous, la vidéo de mon intervention :

https://www.facebook.com/andre.reichardt1/videos/361618626673741

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Projet de loi immigration et grève des magistrats…

Je suis intervenu, par le biais d’une question d’actualité, auprès de M. le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, concernant le préavis de grève émis le 14 décembre dernier par deux organisations syndicales représentatives des magistrats administratifs afin de faire obstacle à l’adoption du projet de loi immigration et intégration, examiné en commission mixte paritaire le 18 décembre dernier.

« Est-il bien raisonnable qu’avant même le début des travaux de la CMP et alors qu’aucune version du texte ne pouvait être tenue pour certaine, des magistrats puissent se mettre en grève au motif que certaines dispositions ne leur convenant pas puissent figurer dans un projet de loi ? » ai-je demandé au Ministre.

En effet, j’y ai vu un moyen de pression sur le système législatif qui me paraît tout à fait inadmissible, en vertu notamment du principe de séparation des pouvoirs.

Vous trouverez, ci-dessous, la vidéo de mon intervention :

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Proposition de loi LFI visant à supprimer l’enseignement religieux à l’école publique

Le 14 décembre dernier, lors d’une réunion publique, deux députés LFI d’Alsace-Moselle ont évoqué le prochain dépôt d’une proposition de loi visant à supprimer l’enseignement religieux à l’école publique.Vous trouverez, ci-dessous, un communiqué cosigné par un certain nombre de parlementaires alsaciens-mosellans pour faire part de leur opposition à l’égard de ce projet :

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Proposition de loi du groupe LFI visant à abroger le droit des cultes alsacien-mosellan

Vous trouverez, ci-dessous, un communiqué cosigné par de nombreux parlementaires alsaciens-mosellans, en réaction à la proposition de loi déposée le 5 décembre 2023 au bureau de l’Assemblée nationale par le groupe LFI qui vise à l’abrogation du droit local des cultes applicable en Alsace-Moselle.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Non-compensation par l’État des exonérations de TFPNB (Taxe Foncière sur les Propriétés Non Bâties)

Dans le cadre d’un débat sur la situation des finances publiques locales, j’ai récemment rappelé la difficulté pour les communes de prévoir leur budget, avec des engagements pas toujours clairs et pas toujours fiables de la part de l’État…

“Entre les avances à rembourser du filet de sécurité, la complexité des dispositifs d’aides, les transferts de compétences non compensés financièrement ou encore les décisions qui s’imposent du jour au lendemain, par exemple la récente augmentation de la valeur du point d’indice de la fonction publique, les sujets créant de l’invisibilité budgétaire pour les communes ne manquent pas. »

J’ai plus spécifiquement évoqué la question des pertes de recettes fiscales liées à la non-compensation par l’État de l’exonération des parts communale et intercommunale de la taxe foncière sur les propriétés non bâties, lorsque les propriétaires se sont engagés dans une démarche Natura 2000.

Vous trouverez, ci-dessous, la vidéo de mon intervention et de la réponse du Ministre :

https://www.facebook.com/andre.reichardt1/videos/635160228815908

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Les maires du Bas-Rhin à Paris

Les 5 sénateurs du Bas-Rhin ont été heureux de recevoir, le mardi 21 novembre dernier, les maires du département venus à Paris à l’occasion du Congrès des Maires.

Une façon de les remercier pour leur investissement tout au long de l’année dans la gestion de nos communes.

Certains d’entre eux ont par ailleurs eu le plaisir de participer à une visite du Sénat.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin