Militaires français engagés dans les combats en Afrique du Nord entre 1952 et 1964 : une proposition de loi qui vise à réparer une inégalité persistante

Cette semaine, j’ai co-signé une proposition de loi importante visant à attribuer la carte du combattant aux soldats engagés en Algérie après les accords d’Évian du 2 juillet 1962 jusqu’au 1er juillet 1964.

Cette PPL a pour objet de réparer une inégalité persistante entre les militaires français engagés dans les combats en Afrique du Nord entre 1952 et 1964.

En effet, si la qualité de combattant a été octroyée aux personnes ayant participé aux « opérations » en Afrique du Nord entre le 1er janvier 1952 et le 2 juillet 1962 (loi de 1974), les militaires engagés sur le territoire algérien après le 2 juillet 1962 ne sont pas considérés comme des combattants comme les autres.

En 1974, le législateur a ainsi fait le choix de retenir la date du 2 juillet 1962, veille de l’indépendance de l’Algérie, comme date unique de fin d’attribution de la carte du combattant pour l’ensemble des opérations alors considérées comme « les événements d’Afrique du Nord ».

Ainsi, les militaires français engagés au Maroc ou en Tunisie après les indépendances de ces pays, survenues respectivement le 2 mars 1956 et le 20 mars 1956, sont fondés à bénéficier de la carte du combattant jusqu’à six ans après ces dates dès lors qu’ils peuvent justifier de quatre mois de présence sur le terrain, ou à se voir attribuer le titre de reconnaissance de la nation.

S’agissant de la guerre d’Algérie, ainsi qualifiée par la loi de 1999, seul le titre de reconnaissance de la Nation peut être attribué aux militaires engagés après le 2 juillet 1962.

Cette différence de traitement entre militaires est d’autant plus choquante que si la signature des accords d’Évian, le 18 mars 1962, marquait la fin du conflit armé, près de 80 000 militaires français ont continué d’être déployés sur le territoire algérien, conformément aux dispositions des accords.

Il restait 305 000 soldats français sur le territoire algérien en juillet 1962, 103 000 en janvier 1963 et près de 50 000 en janvier 1964. Durant cette période, au moins 535 militaires français, appelés et engagés, sont « morts pour la France ».

Il est temps aujourd’hui de mettre un terme à une injustice vis-à-vis de ces soldats et de leurs familles et d’apurer le passé, et de reconnaître la mémoire de tous ceux qui sont restés sur le sol d’Algérie après le 2 juillet 1962.

Si l’Algérie était bien un État indépendant, pourquoi ne pas considérer que les militaires français étaient présents sur le territoire algérien au titre des opérations extérieures, leur permettant ainsi de bénéficier des dispositions introduites dans le code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre par l’article 87 de la loi de finances pour 2015, qui permettent d’accorder la carte du combattant aux militaires ayant servi quatre mois ou plus dans les opérations extérieures.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Une réflexion au sujet de « Militaires français engagés dans les combats en Afrique du Nord entre 1952 et 1964 : une proposition de loi qui vise à réparer une inégalité persistante »

  1. merci monsieur le sénateur pour la proposition de loi, pour l’attribution de la carte de combattant pour ceux qui ont effectués leur service militaires en algérie de juillet 1962 à juillet 1964, je rappelle que de juillet 1962 à juillet 1964 ; 535 militaires français sont officiellement déclarés morts pour la France, des centaines de blessés et de disparus, entre 100.000 à 150.000 harkis exécutés par le f.l.n et l’a.l.n ,; 5000 pieds noirs massacrés le 5 juillet à oran….etc…etc….
    le cessez le feu n’a jamais été respecté par leF.L.N ; je sais de quoi je parle ,j’ai failli y laisser la vie à plusieurs reprises….veuillez agréer,monsieur le sénateur, l’expression de ma haute considération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *