Subventionnement de la mosquée Eyyub Sultan par la Ville de Strasbourg

Le subventionnement de la mosquée Eyyub Sultan par la Ville de Strasbourg suscite actuellement diverses et graves critiques à l’égard du Concordat en vigueur en Alsace-Moselle, qui ne rencontrerait d’ailleurs plus le soutien de la majorité des habitants des trois départements de l’Est.

Il est nécessaire de faire la clarté sur ce sujet.

En premier lieu, le subventionnement de la mosquée pré-cité ne concerne pas le régime concordataire d’Alsace-Moselle, qui ne vise que les religions statutaires (soit les cultes catholique, protestant réformé et luthérien et juif).

Ensuite, si le droit applicable en Alsace-Moselle permet bien aux collectivités locales d’apporter un soutien aux activités cultuelles, il s’agit là d’une faculté que celles-ci peuvent utiliser pour soutenir des actions qui favorisent la bonne insertion des cultes dans la vie publique et qui doit être guidée par des motifs d’intérêt général. Ce cadre juridique a favorisé jusqu’ici en Alsace-Moselle un climat positif de bonne coopération entre les autorités publiques et les organisations religieuses.

Je suis convaincu que les alsaciens-mosellans restent attachés à cette législation particulière, car celle-ci exprime un état d’esprit représentatif de leurs territoires, fidèle à leurs traditions et soucieux de dépasser les clivages.

André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *