Situation de la ville kurde d’Afrin

Mardi 20 mars, en séance de QAG (Questions d’Actualité au Gouvernement), j’ai interrogé le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères sur la situation de la ville kurde d’Afrin : tombée aux mains des forces turques, cette ville encerclée vit une catastrophe humanitaire. Plus de 250 000 personnes ont fui et le Président Erdogan a annoncé ne pas vouloir en rester là, voulant reconquérir les autres régions frontalières et y remplacer la population kurde.

La position de la France a jusqu’ici été d’être aux côtés des kurdes qui combattaient courageusement le terrorisme islamique.

J’ai demandé au ministre si « la discrétion du Président Macron était le signe d’un renversement de stratégie » et si « les kurdes sont devenus des terroristes aux yeux de la France alors qu’ils étaient hier nos alliés contre Daech » ? Que compte faire la France ?

Ci-dessous, la vidéo en images :

Mardi 20 mars, en séance de QAG (Questions d’Actualité au Gouvernement), j'ai interrogé le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères sur la situation de la ville kurde d’Afrin : tombée aux mains des forces turques, cette ville encerclée vit une catastrophe humanitaire. Plus de 250 000 personnes ont fui et le Président Erdogan a annoncé ne pas vouloir en rester là, voulant reconquérir les autres régions frontalières et y remplacer la population kurde.La position de la France a jusqu’ici été d’être aux côtés des kurdes qui combattaient courageusement le terrorisme islamique.J'ai demandé au ministre si « la discrétion du Président Macron était le signe d’un renversement de stratégie » et si « les kurdes sont devenus des terroristes aux yeux de la France alors qu’ils étaient hier nos alliés contre Daech » ? Que compte faire la France ?

Gepostet von André Reichardt am Donnerstag, 22. März 2018

 André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *